Dialogue Silences


Le dialogue “Silences” est apparu dans les derniers jours de janvier 2016.

Ainsi une statue, c’est aussi bien l’être humain immobilisé par la mort que la pierre qui veut naître dans une forme humaine. La rêverie qui contemple une statue est alors animée dans un rythme d’immobilisation et de mise en mouvement. Elle est naturellement livrée à une ambivalence de la mort et de la vie.
Gaston Bachelard, La terre et les rêveries de la volonté, édition José Corti, 1948, p. 227-228 .

 

Y ont contribué Yves de la Monnaye, Nicole Priou, Olivier Baud, Bernard Meier et Mirush Bega.

Avec nos amicales pensées.
Mireille et Bernard.
Le 31 janvier 2016.

L’image a été prise par Bernard Meier le 23 décembre 2016 à Bologne.
Dérouler les nouvelles ou les notes horizontalement ou retourner à l’accueil