Ici, apparaissent des impromptus qui sont constitués par une image récente ou série d’images prise(s) au vol de manière non-préméditée par un seul résident. Un impromptu peut être complété par un texte ou une musique.  

Par  Murielle Chazalon,  le 26 juin 2017.


On comprend mieux, philosophiquement, pourquoi tout retourne poétiquement à la mer. Pourquoi le temps et l’être sont un océan vivant; pourquoi la femme est une mer et la mer un immense corps impersonnel, féminin, où se combattent, intriqués l’un dans l’autre – comme serpent sur serpent, pli sur pli, pan sur pan, vague sur vague -, Eros (l’érotique des fluides où naître et se lover) et Thanatos (la menace des fluides où se perdre et se noyer).
Georges Didi-Huberman, Ninfa profunda. Essai sur le drapé-tourmente, Gallimard, 2017.
Pour lire la suite et/ou ce qui précède