Marches dans le brouillard… ou l’inverse